#HappyTimer

Happy Timer #1

Salut ! Encore une nouvelle catégorie d’article que je vous propose sur mon blog. Je vois fleurir sur instagram, le #happytimer. C’est un projet initié par Jordan de @jordy_reads_boooks et Laura de @ultimeparole. L’objectif est de véhiculer sur les réseaux sociaux une vague de positivité, de bienveillance. Avec un thème par semaine à partager, cette semaine le thème est :  » Le jour où j’ai décidé d’être heureux(se). « 

Je lisais quelques posts instagram, mais je ne pensais pas publier sur ce sujet, oui on ne peut pas dire qu’en ce moment je suis au sommet de mon bonheur. Je vous explique un peu ma situation, et ce qu’il se passe dans ma vie juste depuis le début de l’année 2018.

En Janvier 2018, tout avais plutôt bien commencé, un séjour à Palma de Majorque entre amis pour commencer l’année, ce séjour pas de problème, un vrai bonheur, de quoi se motiver pour commencer l’année. Du moins c’était ce que je croyais. Malheureusement les choses ont un peu dégénérées ensuite. La rentrée au boulot après ce séjour a commencé sur les chapeaux de roues.

Beaucoup de projets, très complexes, avec des enjeux financiers importants, des clients compliqués et exigeants. Et cette pression que je me mettais à moi même je l’ai mal vécu. Je pensais avoir alerter ma hiérarchie sur le fait que je ne me sentais plus capable de supporter cette pression, mais à priori ce n’était pas assez explicite. Résultat, j’ai emmagasiné beaucoup de pression et mon corps l’a mal supporté. D’abord j’ai pris beaucoup de poids depuis le début de l’année. J’avais des problèmes de sommeil également, et résultat fin Mars, j’ai fait une sortie de route après m’être endormie au volant sur le retour du travail. J’ai eu une chance incroyable, je n’ai pas été blessée, il y avait un espace de stationnement pour les situations d’urgence et c’est dans cette zone que j’ai dévié. Lorsque j’ai ré-ouvert les yeux, j’avais une barrière face à mes yeux et avec le régulateur de vitesse régler sur 110, tout aurait pu finir différemment.

Le plus étrange c’est que malgré ça je n’ai pas vraiment ouvert les yeux. Je veux dire sur ma situation, réaliser le danger que je représentais pour les autres et pour moi. Alors j’ai ralentis le rythme sans mettre le doigt sur ce qui n’allait pas. Non au contraire j’ai refermé les yeux. Après cet accident, je me suis fermée, lorsque je voyais mes amis, je leur avait interdit de me parler de mon travail, de ne pas me forcer. Je me disais que les semaines étaient dures, je ne voulais pas que ce travail me pourrisse mes week-ends. Résultat j’ai enfouis mes problèmes, je me suis mise à voir moins de monde, à mettre de la distance avec mes amis, avec mon copain.

Puis évidemment j’ai finis par craquer, mi-Juin. En pleine formation sur la gestion du stress à Montpellier. Un collègue d’une autre agence partageait avec nous une expérience forte qu’il a vécu. Il nous disait qu’en réalité il y avait des signaux et qu’il ne fallait pas les ignorer. Et j’ai réalisé que c’était exactement ce que je vivais. J’ai craqué, j’ai pleuré pendant des heures. Depuis ce jour je n’ai plus travaillé.

Mais ce n’est pas parce que je ne travaille plus que tout est résolu. Cette expérience professionnelle a laissé beaucoup de séquelles sur ma personnalité. Depuis que j’ai tout le temps nécessaire pour moi je me suis rendue compte que j’étais devenue creuse, que les traits de caractère qui pouvaient me définir n’existaient plus. J’étais devenue creuse, négative, irrespectueuse. Enfin bref quelqu’un que je n’aime pas. Devant la réalité de celle que j’étais devenue et de ce que j’avais fait de ma vie. Les idées les plus noirs et les plus définitives me sont passés dans la tête.

J’ai essayé sans cesse depuis que j’ai arrêté de travailler de reprendre ma vie en main. De repartir de zéro et d’être plus positive. Mais je n’y arrive pas. Alors quand j’ai vu ce mouvement #HappyTimer, j’ai lu ces posts, ces personnes qui ont aussi vécu des moments durs, qui ont souffert, et qui ont décidé d’être heureux. Je me suis dis qu’en réalité je me suis trompée que la solution c’est décidé d’être heureux chaque jour. De croire au bonheur chaque jour. Je me suis dit que le secret c’était peut-être de décider en se levant chaque matin que peut importe la situation, les épreuves nous sommes aux portes du bonheur. Voilà en conclusion pour moi le jour où j’ai décidé d’être heureuse, c’est hier lorsque j’ai découvert ce mouvement, mais aussi aujourd’hui, et ce sera demain.

Je vous invite à partager vous aussi votre parcours, votre bienveillance et votre positivité. De passer voir les profils de Jordan et Laura pour en apprendre plus sur le projet. Je pense que leur objectif est de faire d’un maximum de personnes des #HappyTimer.

55801-signature

3 réflexions au sujet de “Happy Timer #1”

  1. C’est vraiment très beau. Tu as raison, la vie est trop courte pour s’embêter avec des soucis. Chaque petit moment de la vie peut être un moment heureux. Je t’envoie plein de force pour continuer dans cette voie là. Tu le mérites Alodiis 😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s