Lecture

Bazaar

Salut, je viens vous parler de ma dernière lecture. Il s’agit de Bazaar de Stephen King, et aussi de mon premier roman de cet auteur. Ce roman est classé dans la catégorie Horreur, mais je trouve que Suspens lui conviendrait aussi.

Résumé

Dans la ville de Castle Rock, un mystérieux commerçant vient d’ouvrir sa boutique. D’un genre inédit, car chacun peut y trouver ce qu’il désire le plus. Le prix est toujours attractif pour les clients puisque s’ajoute à celui-ci un petit tour à un autre habitant. Le commerçant, Leland Gaunt va très rapidement faire parler de lui et de sa boutique, à chaque affaire conclue, c’est bien lui qui décide que c’est terminé. Il va très rapidement prendre du pouvoir. Quel est réellement le prix que les clients sont prêts à payer, pour les biens du Bazar des rêves ?

Mon avis

Ce roman est dense, pas difficile à lire, mais un certain nombre de pages et divisé en trois grandes parties : Grand Gala d’ouverture – L’affaire du siècle – Tout doit disparaître. Au sein de ces parties les chapitres ne sont pas très gros et s’enchaînent. La totalité du roman se passe à Castle Rock.

Tout se déclenche par l’arrivée de Leland Gaunt, le propriétaire du Bazar des rêves. Ce personnage, bien que nouveau dans la ville, connaît le moindre secret des clients qui entrent dans sa boutique. Il arrive ainsi à déterminer l’objets qu’ils désirent le plus. Le prix de cet objets est toujours en adéquation avec les moyens dont dispose le client, mais avec un supplément petit tour à un autre voisin.

Tout va se jouer alors grâce aux conséquences des blagues subies par les habitants rivaux. Ils se forment alors des couples d’adversaires dans toute la ville, victimes de blagues presque inoffensives. Ce qui est surprenant, c’est que les biens pour lesquels les clients sont prêts à commettre des actes dont ils ignorent encore les conséquences, ne sont qu’illusions. Piégés par les tours joués par d’autres clients, ils vont se battre pour leurs biens. Ils vont se battre au-delà de toute raison humaine. Tout ceci donne une atmosphère hitchcockienne au roman. On sent sans arrêt la menace qui plane sur les habitants, sans qu’ils puissent l’anticiper.

Malgré un récit tout au long prometteur, le dénouement m’a déçu, je n’ai d’abord pas réussi à savoir ce que j’en pensais. Et petit à petit, je me suis rendue compte du génie de Stephen King, car même si cette fin ne m’a pas convaincue, elle m’a marquée. Ce qui fait que ce roman, je m’en souviendrai longtemps.

55801-signature

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s